Liberté du citoyen et sécurité intérieure

/Liberté du citoyen et sécurité intérieure

Eradication des brutalités policières :

Les forces de polices constituent un organisme indispensable pour la sécurité des citoyens. Néanmoins, « Zéhout » condamne les brutalités policières et les considère comme un phénomène regrettable. Parmi les comportements négatifs que « Zéhout » identifie parmi les policiers : manque de courtoisie élémentaire, brutalités envers des passants durant les fouilles sans cause valable et affrontements violents inutiles avec des citoyens, se terminant souvent par des plaintes contre des citoyens pour attaques contre les forces de police.

C’est pourquoi « Zéhout » pense qu’il faut améliorer les rapports entre la police et les citoyens. En premier lieu, il transférera la nomination du chef de la police aux mains de la communauté. Dns ce contexte, le chef de la police saura qu’il sert la communauté où il travaille, et les citoyens lui accorderont par là même la confiance qu’il mérite.

Suppression de la base de données biométriques :

La base de données biométriques israélien est une base informatique de données biométriques – empreintes, traits du visage etc. L’Etat d’Israël a créé cette base de données en arguant qu’elle lui permettrait d’éliminer la falsification des cartes d’identité. Mais outre qu’il existe des solutions technologiques alternatives, l’existence de cette base de données constitue une menace bien plus grave que la falsification de pièces d’identité.

Cette base de données menace gravement l’intimité et la liberté des citoyens israéliens. Tout d’abord, il est quasi évident qu’un jour ou l’autre cette base de données sera infiltrée, et les détails les plus intimes des citoyens seront livrés à tous (comme ce qui s’est passé avec la base de données biométriques en Inde). Mais même au cas où cette base ne serait pas infiltrée, « Zéhout » s’oppose fermement au contrôle étatique des données biométriques de citoyens. En fait, il s’agit là d’une autre façon pour l’Etat de renforcer ses pouvoirs et de réduire la liberté individuelle. Si l’Etat d’Israël veut devenir un Etat de liberté, il doit respecter la vie privée de ses citoyens.

« Zéhout » annulera donc immédiatement la loi biométrique, et en particulier la base de données biométriques, et restituera au citoyen son intimité et sa liberté.

Arrêt de la persécution des consommateurs de cannabis :

« Zéhout » est convaincu qu’il est totalement injustifié de traiter comme des malfaiteurs les centaines de milliers de consommateurs de cannabis – qui n’entraîne pas une dépendance plus grande que d’autres produits légaux ; ces consommateurs ne font de mal à personne. La police investit de nombreuses ressources pour appliquer une politique de sanctions contre les consommateurs de cannabis, ce qui coûte au citoyen israélien des centaines de millions de shekels par an. En outre, « Zéhout » considère comme gravissime que la police israélienne puisse menacer d’ouvrir un casier judiciaire à l’encontre de tant de gens, qui, nous l’avons dit, ne font pas de mal à autrui.

« Zéhout » propose de créer une structure légale régulant la consommation et le commerce du cannabis (comme pour la vente d’alcool), structure qui s’adaptera de temps à autres aux circonstances. En voici les points principaux :

-L’âge minimum d’achat de cannabis sera de 21 ans.

-La vente du cannabis et de ses composants sera interdite dans les lieux de divertissement.

-Un commerce souhaitant vendre du cannabis ou ses composants devra posséder une autorisation commerciale adéquate.

Cessation des détentions administratives :

« Zéhout » s’oppose à l’emploi de la police à l’occasion de détentions administratives. C’est là un pouvoir corrupteur permettant à l’Etat de contourner les mécanismes judiciaires et de priver un citoyen de sa liberté, en le gardant en prison pour une longue période, sans preuves ni procès. C’est une atteinte sévère aux droits des personnes ainsi arrêtées.

L’Etat doit reconnaître l’état de guerre où il se trouve et distinguer en conséquence entre les cas. Les malfaiteurs seront jugés dans le cadre du système judiciaire. Justice sera faite, mais leur droit à un procès équitable sera sauvegardé. Par contre, les ennemis qui combattent l’Etat seront emprisonnés ou leur liberté de déplacement sera restreinte, selon les circonstances. Ils ne seront ni accusés ni jugés, et n’auront pas le statut des malfaiteurs, sauf s’ils enfreignent les lois de la guerre.

Protestations non violentes :

Dans les autres Etats démocratiques du monde, l’opposition civile non violente est considérée comme un moyen légitime et notoire pour la sauvegarde de la démocratie. Par contre, en Israël, une politique d’agressivité violente de la police s’est développée envers toute protestation, sans distinguer entre protestation violente et protestation pacifique. « Zéhout » s’engage à adopter une politique distinguant entre ces deux types de protestation, et à ordonner à la police de ne pas se comporter avec agressivité lorsqu’il s’agit d’une protestation non violente.

Port d’armes :

Même si la structure étatique exige des citoyens de renoncer à leur droit de recourir à la violence, le fait de leur interdire le droit à l’autodéfense se révèle injustifié. Pour « Zéhout », l’interdiction faite aux citoyens de porter des armes constitue une atteinte à leur droit à l’autodéfense. En effet, depuis l’instant du danger et jusqu’à l’arrivée des forces de sécurité, le citoyen doit se défendre seul, lui et son entourage. Si l’on allègue que des autorisations plus répandues de port d’armes aggraveraient la criminalité, il faut savoir que dès aujourd’hui, les malfaiteurs ont accès à des armes illégales. Ces limitations lèsent donc principalement le simple citoyen. En outre, il est absurde que le citoyen libéré des rangs de Tsahal ne puisse porter une arme, alors que l’Etat lui a confié un fusil d’assaut durant son service militaire.

Donc, comme première étape, « Zéhout » autorisera le port d’armes pour tous ceux qui ont accompli leur service militaire, et qui n’ont pas un passé de violences, ou un handicap physique ou mental avéré. Par la suite, la politique de permis de port d’armes sera élargie à l’ensemble des citoyens.

2018-08-09T19:42:58+00:00